Carnets d’Outre-Rhin #14
10 mai 2017
Emission n°311 : « Un ami qui nous veut du bien ? Faire face au nationalisme économique américain »
12 mai 2017

3 Commentaires

  1. jonmosco dit :

    MERCI Lt ! Enfin on touche à l’essentiel.

  2. Palteza dit :

    Action, combat, reconquête, il ne reste plus que ça d’important maintenant. Fini de discuter sans fin comme des petits-bourgeois.

  3. Aryosophe dit :

     

    Synthèse réussie ! Tout y est. Je me suis souvenu, en écoutant votre chronique, particulièrement dense et sans digressions inutiles, de cette phrase de Jean Cau : « Il parle couramment la vérité, mais personne ne le comprend car il use d’une langue morte ». Et pourtant. Est-ce l’expression de la bêtise la plus crasse ou celle de la déception ? Je l’ignore et au fond je m’en contrefous. Mais lire que nous ne savons pas ce que la créature du parti des médias fera de son mandat est insupportable. Certains n’ont manifestement pas fait l’effort de se pencher, ne serait-ce que quelques minutes, sur le socle programmatique du projet présidentiel d’Emmanuel Macron ! Ils n’ont donc rien appris de ses déclarations ni même du profil de ses nombreux soutiens. Cet ancien conseiller de la banque Rothschild (comme Georges Pompidou, l’homme qui ouvra, selon ses propres termes, « les vannes de l’immigration ») est la synthèse la plus complète du mondialiste affranchi du sol qui l’a vu naitre. Certes il n’est pas le premier dans son genre, la Cinquième République regorge de ces automates « hors sol », mais il est incontestablement le plus abouti d’entre eux ! L’essor programmé du « macronisme », scénarisé à outrance, n’est guère plus que le mariage enfin consommé (et au grand jour) du libéralisme économique et du libéralisme culturel. « Droite » et « gauche » du Capital. D’Alain Madelin à Robert Hue ! Sinistre performance. Dans un pays considéré comme plus « politique », plus « idéologique » que n’importe quel autre ! Car partout ailleurs, en Occident, les appareils politiques ne s’affrontent guère que sur des détails. Lorsqu’ils ne légifèrent pas ensemble depuis plusieurs années, comme c’est le cas chez nos voisins lobotomisés d’outre-Rhin ! Un modèle d’aliénation pour qui Macron a les yeux de Chimène, ce qui ne surprendra personne. Une aliénation dite « positive », parce que festive, « morale », parce qu’elle prône la liberté de circulation intégrale, parce qu’elle est « moderne » et fraternelle. En somme, la doxa dominante dans sa version la plus achevée ou les « vertus du marché »…

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*