Emission n°291 : “Panorama Actu – 2017… Dans le Fillon ?”
9 décembre 2016
Revue & Corrigés #13
12 décembre 2016
Tout afficher

Orages d’Acier #44 – “L’école en échec”

Ce dimanche, Fréquence Orages d’Acier remplit le bulletin trimestriel de l’Education Nationale, constate le zéro pointé et propose une réorientation.

4 Commentaires

  1. lolo dit :
    Bonjour,

     

    L’ecole est un fait extremement nouveau dans l’histoire de l’homme (et de l’homme europeen). L’immense majorite de nos ancetres (qui, pourtant, nous “valaient bien”) n’y ont jamais mis les pieds. Je n’entends malheureusement pas beaucoup de gens “de chez nous” remettre en cause le bien-fondee meme de l’idee d’ecole.

    Un film a voir  sur la non-scolarisation : Etre et devenir de Clara Bellar.

  2. Pascal dit :
    L’homme est incapable de maitriser ce qui est trop grand, c’est pour cela qu’ils font construire de grands établissements, favorisant la “réussite” des êtres tièdes, furtifs et obéissant. En construisant de nombreuses petites écoles, le problème serait très vite résolu.
  3. Renaud dit :
    Concernant le ralliement de catholiques à un quelconque représentant ‘démocrate’ au niveau national a-t-il un sens; surtout quand un système dirigé par des maîtres font élire des candidats choisis par ces mêmes maîtres ? Comment adhérer, honorer et vénérer une structure hiérarchique dans le ciel et l’inverse sur Terre ?  A supposer qu’un vrai système démocratique existe dans le réel, comment les gouvernés peuvent-ils élire le gouvernant ? D’où vient cet illogisme ?

    Comme le formule bien MZ, le vrai travail démocratique ne commence-t-il pas (et s’arrête là d’ailleurs!) à un niveau local pour régler des problèmes locaux et compréhensibles par tous ? Alors je repars au boulot!

  4. Renaud dit :
    Merci à l’Equipe de MZ de l’approche structurée et fondamentale d’un sujet aussi primordial que l’école.

    Une société peut-elle enseigner une chose dans son école et une autre dans les familles ?  Autrement dit, le choix d’un enseignement ne repose-t-il pas sur le choix d’une société, ou communauté, afin de maintenir son unité (ou cohésion d’un peuple pour un pays) selon des principes ? Ces principes peuvent-ils être issus uniquement sur la pensée humaine du moment donc mouvants selon l’observation d’Héraclyte, ou ne s’agit-il là que d’une illusion cyclique du mouvement déjà observée par Parménide ? La réponse n’est-elle pas historique, comme Jésus-Christ l’avait annoncé dans les Béatitudes ? Il n’y a qu’une Vérité à nos questions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code