Méridien Zéro dans le dernier Rivarol !
11 août 2010
Émission n°16 : « MERIDIEN ZERO ON TOUR »
19 septembre 2010

Liens internet en rapport avec les thèmes évoqués :

– Casa Pound Italia : http://www.casapound.org/programma_francia.html

– Casa Pound Latina, vidéo de l’occupation des lieux, le 21 décembre 2006 : http://www.youtube.com/watch?v=UVepml4k8fs

– Associazione di intervento sociale e culturale L’Uomo Libero o.n.l.u.s. (Arco, province autonome de Trente, région du Trentin-Tyrol du sud/Haut Adige) : http://www.luomolibero.it/

– Comunita solidarista Popoli (Vérone, région de Vénétie) : http://www.comunitapopoli.org/home.php

– Centro Studi Vox Populi (Pergine Valsugana, Province autonome de Trente) : http://www.vxp.it/

– Site de la « résistance autonome » ukrainienne (Автономний опір) basé à L’viv (Ukraine de l’Ouest, la partie du pays la plus identitairement consciente) : http://opir.info/

– L’impressionnante marche intitulée « Grandeur de l’esprit  » (величі духу) organisée par les nationalistes autonomes de L’viv, le 28 avril 2010 pour honorer les combattants de la 14ème division de grenadiers SS « Galicie » (Halytchyna), considérés comme ayant lutté pour l’avènement d’une Ukraine souveraine et indépendante. Déclarée officiellement comme une « marche de la chemise brodée » pour braver une probable interdiction de la part des nouvelles autorités hostiles à toute forme de manifestation identitaire ukrainienne, elle a réunit plusieurs centaines de personnes de tous âges dont une majorité de jeunes : les photos sur http://opir.info/2010/04/29/marsh-velychi-duhu-u-lvovi/#m… ; la vidéo surhttp://opir.info/2010/05/08/video-z-marshu-velychi-duhu-2…

– Site des nationalistes autonomes ukrainiens de Kyiv : http://www.reactor.org.ua/ 

– Site de l’organisation panukrainienne « Svoboda » (« Liberté » : Всеукраїнськe об‘єднання « Свобода »), le parti nationaliste qui monte lentement, mais espérons-le, sûrement, même dans la partie russifiée et acculturée du pays, dans le contexte d’un pouvoir oligarchique corrompu, fossoyeur de l’identité ukrainienne et de la souveraineté nationale :http://www.svoboda.org.ua/

– Site du leader charismatique de « Svoboda », Oleh Tyahnybok (Олег Тягнибок) : http://www.tyahnybok.info/

– Lien vers un article de votre serviteur consacré à une figure historique majeure du nationalisme ukrainien, le De Valera de Galicie, Stepan Bandera (1909-1959) : http://fr.novopress.info/35214/anniversaire-de-l%E2%80%99…

Revue :

– Le Choc du mois n°39, septembre 2010, 6,50 € avec un dossier intéressant sur la tauromachie ou « pour » et « contre » se partagent assez équitablement les articles. Les lecteurs auront peut-être deviné vers lesquels penche votre serviteur, originaire d’Occitanie, fasciné par les rites mithriaques et grand lecteur des oeuvres de Jean Cau ou Michel Leiris sur la question.
On y trouvera également un entretien intéressant avec les camarades de la Comunita solidarista Popoli précitée et leur engagement auprès des Karens massacrés par la junte birmane et un bon dossier sur la colonisation africaine avec un entretien toujours passionnant avec notre africaniste préféré, Bernard Lugan.
A noter un article dithyrambique sur le cinéma russe actuel et Soleil trompeur 2 : L’exode, le dernier film « patriotique » du tout-puissant Nikita Mikhalkov ( par ailleurs interviewé dans le numéro), que votre serviteur a également vu en version originale et pour lequel il ne va pas jusqu’à partager l’enthousiasme inconditionnel des auteurs.
Sommaire et commande : http://www.lechocdumois.fr/choc39.htm

DVDs :

Fire and Sword/un conte ancien,quand le soleil était un dieu (Stara baśń: Kiedy słońce było bogiem), Pologne, 2003, de Jerzy Hoffman, avec Michał Żebrowski,Daniel Olbrychski,Bohdan Stupka, Sony pictures

Incontestablement un des films marquants de l’année en dvd !
Ce long-métrage polonais resté longtemps inconnu dans notre doulce France nous offre une magnifique et fidèle restitution des sociétés et de la spiritualité païenne des tribus slaves occidentales du IXème siècle de notre ère dans ce qui était destiné à devenir quelques décennies plus tard le royaume de Pologne.
Passons vite sur la manie de retitrer en anglais, et souvent mal, les films étrangers par effet de mode et surtout de soumission au diktat du « globish ». Surtout que dans le cas qui nous occupe, les auteurs de ce forfait ont été particulièrement stupides car ils entretiennent la confusion avec un autre film remarquable du même réalisateur , Par le fer et par le feu (With fire and sword/Ogniem i Mieczem, 1999), adapté de l’oeuvre d’ Henryk Sienckiewicz et se déroulant durant la révolte des cosaques ukrainiens de Bohdan Khmelnytskyi dans le royaume de Pologne-Lituanie au XVIIème siècle.
Le réalisateur Jerzy Hoffman nous offre ici l’adaptation d’un vieux conte slave, « Popiel et les souris », du nom d’un usurpateur sans scrupules qui verra se dresser contre lui le chef de guerre Piastun et surtout le virevoltant chasseur archer  Ziemowit Pastowic, élevé chez les Vikings comme en témoigne le marteau de Thor qu’il arbore autour du cou.
Dans une mise en scène dynamique et enlevée, Hoffman nous offre surtout de véritables tableaux d’archéologie vivante (superbes costumes et participation de groupes de reconstitution), ce qui démontre qu’il a su appréhender avec un grand souci d’exactitude et d’authenticité les rites sociaux et politico-religieux des Slaves païens : assemblée de chefs de clans, rites funéraire et de succession, nuit de solstice (Ivan Koupala), combats épiques entre Slaves et Vikings se succèdent sous nos yeux émerveillés où la beauté des plans se conjugue au nécessaire devoir de plus longue mémoire.
Un film donc pour tout « bon européen » en devenir…

L’amiral  (Адмиралъ) de Andreï Kravtchouk, Russie, 2008, avec Konstantin Khabenski, Sergueï Bezroukov et Elizaveta Boïarskaïa, France télévisions distribution

Excellente évocation épique de la vie de l’amiral Alexandre Vassilievitch Koltchak qui a pour toile de fond l’effondrement de l’Empire russe, les deux révolutions de Février et Octobre 1917, ainsi que la guerre civile entre Rouges et Blancs.
Ayant naturellement rejoint ces derniers, Koltchak fut nommé gouverneur suprême en 1919 de la Russie gouvernant un vaste territoire comprenant l’Oural, la Sibérie, l’Extrême-Orient russe avant d’être livré aux bolcheviks et fusillé en janvier 1920.

Tsar  (Царь) de Pavel Lounguine, Russie, 2010, Piotr Mamonov, Oleg Yankovsky, Aleksandr Domogarov, France télévisions distribution

Synopsis : 1565. Tandis que les ennemis polonais avancent en territoire russe, le tsar Ivan IV, dit le Terrible, sombre dans la folie mystique. Sa milice personnelle, la redoutable Opritchnina martyrise le peuple et les nobles, provoquant la démission du métropolite, le chef de l’Eglise russe. Ivan intronise à sa place son ami d’enfance, l’intègre Philippe. Mais les deux hommes se confrontent rapidement. Philippe s’oppose aux agissements sanguinaires du tsar qui se croit dépositaire de la volonté divine. Un duel à mort, politique et spirituel, s’engage.

Après le célèbre film d’Eisenstein, une nouvelle plongée, hallucinante et sidérante, dans une page d’histoire de la Russie où elle dévoile son visage asiatique : le despotisme des khans slaves le dispute au messianisme le plus débridé dans un déchaînement de cruauté, de mysticisme et de démesure.
Question : la Russie d’aujourd’hui a-t-elle vraiment dépassé ou conjuré cette dimension de son identité ?
Pour apprécier pleinement le film de Lounguine, le lecteur n’hésitera pas à se plonger dans la magistrale biographie du prolifique et talentueux Henri Troyat : Ivan le terrible (Flammarion/Livre de poche, 1982).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.