Emission n°335 : « Le matriarcat est-il inévitable ? »

L’Echo des Canuts n°6 : « La défaite n’est pas une fatalité… Un autre avenir pour l’Europe ! »
7 mars 2018
On vit une époque formidable : « Chronique du 12 mars 2018 »
12 mars 2018

 En ce lendemain de journée internationale des droits des femmes, l’équipe Vent d’Est de Méridien Zéro interroge les évolutions récentes de nos sociétés occidentales européennes et en particulier la force de plus en plus affirmée du matriarcat. Avec Sylvain Durain, D’artagnan, Arnaud, Erwin et Karl.

 

6 Commentaires

  1. Bananonyme dit :

    Émission très très intéressante !

    Le parallèle entre l’idéologie féministe et le diktat de la marchandisation du monde, c-à-d la nécessité capitaliste de la contractualisation de tous les rapports sociaux (et même de tous les rapports humains au monde) est extrêmement pertinente.

    Dommage qu’il n’y ait pas une page recensant toutes les sources des études citées.
    On n’aurait pas rechigné à vous écouter 3 heures de plus !

    Merci pour votre travail !

  2. Athos dit :

    Le matriarcat en Occident est déjà bien réel.

    Il suffit de regarder les médias, les publicités (toujours en faveur des femmes, l’homme représentant l’inexpert dans bcp de pubs). Dans les grandes entreprises, les DRH sont systématiquement des femmes, ce sont donc elles qui choisissent qui va oui ou non entrer dans l’entreprise. Dans les boîtes d’intérim, ceux qui trient les CV, les évaluent et dirigent les demandeurs d’emploi sont des jeunes femmes, souvent de véritables pestes imbuvables d’ailleurs (qui te mettent sur des Bullshit jobs plutôt que de t’orienter vers les métiers qui te correspondent). Les femmes sont choisis en majorité par les chef d’entreprise parce que futures conquêtes possibles et une femme passe bien dans une entreprise, mieux qu’un homme (fameuse culture du « compromis » que dénonçait, à une époque, Zemmour). Dans les foyers, les mères célibataires se sont imposés, face à des époux qui trompent leur femme et délaissent leurs enfants biologiques au profit de leur papillonage personnel. C’est sans compter les politiciennes. Et, de plus en plus de femmes sont encouragés à faire, comme les hommes, du culturisme, du body building pour avoir le même corps « dur » que l’homme, alors qu’il était dans la tradition que le corps d’une femme soit plus mou, ayant des formes séductrices, etc.

    On peut aussi parler du pouvoir psychique des femmes sur les hommes, leur pouvoir de manipulation, et surtout de culpabilisation. Elles sont reines en la matière. Je crois que le livre de Philippe de Vulpières aborde en profondeur ce problème.

    Bref, tout un ensemble de faits qui donnent déjà une belle avancée du matriarcat.

  3. Mar Gal dit :

    Bravo pour vos émissions, qui sont toujours de grande qualité..

    CEPENDANT, j’ai pris en plein face votre pensée visant à dire qu’à la trentaine une femme n’est donc plus séduisante, attirante et qu’il sera bien difficile pour elle de fonder un foyer solide, puisque « les hommes biens » sont tous déjà pris…… et c’est là qu’effectivement une voie féminine aurait eu toute sa place.

    Les vrais hommes, comme vous le défendez, ne courent pas les rues; et il est bien difficile, de nos jours, de voir dans l’attitude et surtout de trouver celui qui guidera sa famille et ses enfants.

    J’ai trouvé quelques commentaires assez violents..

    A bientôt chers MZ, et de vive voix: rdv au coloque Iliade !

    (pour discuter de l’âge où l’on devient vraisemblablement « une vieille peau »)

     

  4. Karl dit :

    Nous avons évoqué l’age de 40 ans. Passé cet age, il faut bien avouer que le potentiel de séduction tend à décliner… mais surtout, il est établi que les grossesses deviennent plus risquées, sinon du moins plus compliquées. A cet égard,nous avons donc rappelé qu’il était risqué pour une femme de se réveiller à 32 ou 35 ans pour envisager de fonder un foyer et une famille.

    Notre propos alertait sur le fait que la quantité d’hommes sérieux encore disponibles à cet age étaient forcément plus réduite… et donc que le risque de voir filer encore des années pour le trouver et éprouver ses qualité de mari et de père amenait ladite femme au seuil de ses 40 années.

    Rester belle et devenir mère à 40 ans est bien heureusement toujours possible… mais cela reste quand même un pari risqué.

     

  5. porthos dit :

    est ce qu’il serait possible d’avoir la biblio des études/livres évoqués dans l’émission ? (et effectivement, tout le passage les nichons qui tombent c’était pas d’une galanterie folle). merci pour l’émission!

  6. Hashmal dit :

    Si une femme d’une trentaine d’années veut trouver un homme, peut-être qu’elle devrait remettre en question sa vision de l’homme (beau, grand,etc) et baisser ses standards.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.