Entrevue de Cristiano Coccanari, 37 ans, directeur Italie de Radio Bandiera Nera

Chronique culturelle de Monsieur PGL
18 avril 2010
Émission n°3 : « Relocalisation : un impératif global »
25 avril 2010

Comment est née RBN et comment est-elle structurée?

Radio Bandiera Nera est née en 2007. C’est l’idée du chef de Casapound, Gianluca Iannone. Il a lancé l’idée sur le forum Vivamafarka et quelques jours plus tard, la radio commençait à émettre 24 heures sur 24.

RBN est divisée en quinze rédactions réparties en Italie et dans le monde (Madrid, Athènes, Canada). Depuis sa fondation, le but est d’utiliser au maximum ce média libre qu’est l’Internet pour diffuser idées et informations.

Les milliers de visites quotidiennes sur le site www.casapounditalia.org, témoignent du succès du projet. Nous nous préparons aussi pour l’avenir quand les radios web pourront être écoutées aussi en voiture.

RBN est proche de l’Association de promotion sociale Casapound. Peux-tu nous en parler?

Casapound Italia est une association de promotion sociale qui est née en 2008 à la suite du succès connu par l’occupation du même nom à Rome. Actuellement, Casapound travaille dans tout le pays et compte toujours sur ses volontaires pour faire avancer ses visions sociales.

Dans les projets concrets qui sont proposés, on peut notamment parler du « Mutuo sociale », qui insiste sur le principe du droit à la propriété de la maison pour tous, ou la proposition de loi « Tempo di essere Madri ». Pour plus de détails, je vous invite à visiter le site  www.casapounditalia.org. Dans les actions récentes, on se doit de noter l’expérience de volontariat pour venir en aide aux victimes du tremblement de terre dans les Abruzzes. À cette occasion, CPI a organisé et géré un camp d’aide pendant plusieurs semaines. C’est un exemple typique : notre but est d’agir et non seulement d’exister.

« Vivamafarka » est un forum en ligne, peux tu nous en parler.

Ce forum est né en 2007. C’est devenu une référence pour notre camp politique. Personnellement, je crois énormément au pouvoir de la toile comme moyen d’information, d’échange d’idées et de création de projet. Je suis convaincu que, bien utilisé, l’Internet est un instrument très important pour mener des batailles politiques et mener des projets sociaux.

Les ONC (occupazioni non conformi) et les OSA (occupazioni a scopo abitativo) sont ce qu’on appelle communément des centres sociaux d’extrême droite, comment décrire le phénomène?

Je voudrais déjà souligner que nous n’acceptons pas la définition d’extrême droite. Nous préférons nous définir comme « estremocentroalto ». Pour en revenir à la question, les OSA ont été crée pour loger des gens et attirer l’attention sur les problèmes de logement en Italie. Dans l’occupation Casapound à Rome, plusieurs familles ont pu être logées alors qu’ils avaient été mis à la rue par la crise mais aussi par les spéculateurs. C’est la nécessité qui a donné naissance aux OSA. Cela a ensuite permis de penser le « Mutuo Sociale ».

Militer pour Casapound : pour un jeune, qu’est qui fait la différence?

La différence est dans la possibilité de travailler quotidiennement pour des projets concrets : abandonner le terrain stérile de l’idéologie et se tourner vers ce que les allemands appellent le « weltanschauung », c’est-à-dire agir dans le monde, s’occuper des intérêts de sa communauté. C’est un projet ambitieux mais c’est pour cela qu’il est exaltant.

Source : Zentropa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.