Revue & Corrigés #22
30 mars 2018
Emission n°337 : « A l’Iliade ! »
15 avril 2018

 

1 Commentaire

  1. ANDRONIS dit :

      « L’affaire Clément Méric » de Serge Ayoub, 2013, éditions du Pont d’Arcole

                                  Le responsable du « Club du Livre National » de Croth (en Normandie) avait qualifié le Grand Batskin (né Serge Ayoub) comme quelqu’un sur lequel nous pouvions compter.  De mon coté, j’avais lu, dans le passé, son « Conte Barbare » et maintenant (avec un retard de 5 ans) son ouvrage ci-dessus.  
                                Nous n’allons pas vraiment présenter l’ouvrage mais quelques citations qui peuvent justifier les mots de notre camarade du début. « En arrivant au rendez-vous je m’interrogeais sur les raisons pour lesquelles des antifas (anti-fascistes,ndlr) s’acharnaient sur de pauvres gays….Une fois sur place j’ai tout de suite compris.  Le bar était fréquenté par une catégorie spéciale d’homosexuels, ceux qui apprecient le look skinhead et qui s’accoutrent ainsi pour se retrouver : des « gayskins » (op.cit.page 81). Ce passage m’a fait penser au roman « Slow Death » du gauchiste anglais Stewart Home (traduit en français aux éditions Florent Massot en 1997).
                                                        Serge Ayoub est d’origine libanaise mais chrétien pourtant.  Sans vouloir changer de sujet nous allons conclure avec les mots d’un ami anonyme de notre enfance : « Tes écrits sont courageux mais tu me fais peur puisque toute la racaille se promène sur les rues françaises » Maintenant que cette dernière perd le contrôle de la Syrie et de l’Irak, cette partie de la population se dirige vers la revanche en provoquant le désastre » Ainsi l’armée irakienne extermine à l’aveuglette les « résidus » qui se cachent sous les ruines » (une lettre personnelle par e-mail du 02-08-17).
                         Le torrent rouge qui traverse les deux couvertures du livre sur un fond noir serait-il une métaphore du besoin contemporain d' »anarchistes nationalistes », au sens libre du terme. Pardon cher camarade fasciste Esteban Morillo (le meurtrier de Méric)  mais je voulais vous honorer avec des sous-entendus
     
                                      écrit par Dionysos ANDRONIS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.