Emission n°345 : « La super-classe mondiale contre les peuples »
22 juin 2018
Emission n°346 : « Et vous, plutôt Mondial ou Tour de France ? »
6 juillet 2018

L’actualité décryptée par Julien et le Lt Sturm.

 

2 Commentaires

  1. ANDRONIS dit :

     « Si Mussolini était conté » de François Brigneau, auto-édition de 2006.
     
            Ce très bel essai de fiction (puisque les personnages ne sont pas fictifs) nous a donné le chagrin de la mort inhumaine du Duce, quelqu’un que le monde entier (pas seulement mes compatriotes) avait mal compris. Nous allons essayer de renverser les malentendus qui circulent encore aujourd’hui sur lui, soixante-treize ans après sa mort barbare. Le Grand Benito Mussolini a été d’abord fusillé par les sales communistes et puis son cadavre pendu par le pied. François Brigneau était un des co-fondateurs du Front National au début des années 70. C’est grâce à lui que nous avons appris qu’il était maçon et socialiste avant de devenir prof de français et puis Dictateur. Nous n’allons pas vraiment écrire une présentation de cet ouvrage vivifiant (puisqu’il nous a donné envie de faire revivre le personnage incompris) mais nous allons vous tirer l’attention sur quelques points oubliés (peut-être) de son parcours important. Sur la page 21 nous lisons : »c’est Mussolini qui lance à Rome le Pacte à quatre pour essayer d’empêcher le réarmement allemand ». Sur la page 60 nous lisons : « Il n’a jamais été antisémite doctrinal, viscéral ou religieux ». Huit pages avant nous avons pu lire : « Nous entrons en lice contre les démocraties ploutocratiques et réactionnaires de l’Occident ». Mais la phrase qui nous a enthousiasmé était quand Brigneau raconte que sa file s’appelait Edda puisque avec cette citation nous avons pu comprendre que le Grand Duce était un Grand Poète puisqu’il voulait que sa famille fasse référence au Grand Poète scandinave Snorri Sturluson et à ses poèmes épiques et fantastiques. Mais malheureusement les sales communistes italiens de 1945 ont piétiné et lynché avec des coups de pieds très forts et inhumains sa sépulture exhibée publiquement pour cette raison. Nous terminons en vous disant que nous avons aussi lu le roman du Duce « La Maîtresse du Cardinal », un roman qui pourrait être taxé comme « anti-chrétien » puisque la parodie anti-religieuse concerne les chrétiens, pas une autre religion.
            Et pour faire une référence contemporaine au drame du Grand Duce nous allons citer sur la page 12 Luigi Facta (ex Président du Conseil Ministériel) démissionne et juste après le Roi Emmanuel charge Mussolini de former un gouvernement. La librairie parisienne et proche à nos préoccupations Facta vient de fermer ses portes et cela est très négatif pour nous tous puisqu’elle était une belle librairie pour les lecteurs exigeants.
     
            écrit par Dionysos Andronis

  2. jeandar dit :

    Super émission ! Elle nous avait manqué !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.