Emission n°339 : « Le Nouvel Ordre Mondial… De la science-fiction ? »

On vit une époque formidable : « Chronique du 7 mai 2018 »
7 mai 2018
On vit une époque formidable : « Chronique du 14 mai 2018 »
14 mai 2018

2 Comments

  1. le joker dit :

    merci MZ , PIERRE , THIBAULT , tous brillant de qualité j ai hate de lire ce livre , a l abordage pas de quartier .

  2. ANDRONIS dit :

                              « Deux Cris dans la Nuit »
                             de Johan Livernette
                            2e édition 2012, pp.248

                              Ce roman à l’écriture dense pourrait être lu aussi comme un essai contre « l’empire atlanto-euro-sioniste » (op.cit.,p.13). Le protagoniste Gilles Rousseau et sa copine Léa nous presentent les obstacles majeurs de leur lutte politique et sociale contre les valets médiatiques de cet empire. Dès les premières pages l’écrivain exprime son ironie aîgue homophobe en nous disant : »Et ça se perfore les nez, les oreilles, les nombrils, les seins, pourquoi pas l’anus tant qu’on y est ! » (op.cit.p.18). L’hindouiste Savitri Devi détestait la Révolution Française et elle se manifeste dans son « Autobiographie d’une Hitlérienne »(disponible aujourd’hui aux éditions Deterna) mais Livernette qui est chrétien (pas hindouiste) va encore plus loin que la première en la qualifiant de « carnages athés » (op.cit.p.37). Nous n’avons pas été gênés par ses propos contre cette révolution (puisque nous ne sommes pas français) mais par ses autes propos réactionnaires, pas seulement contre les homosexuels mais en général contre les jeunes qui « fréquentent « les discothèques où la débauche est reine » (op.cit.,p.72). Pourtant nous avons continué la lecture jusqu’à la dernière page et pour une bonne raison.
                               Et pour faire le parallèle avec un autre Grand roman négationniste, le « Chasseur-Hunter » de William Pierce, Livernette cite à partir de la page 53 le président du « Clan des Venitiens » Paul-Eric Blanrue « qui fit circuler une pétition en guise de réconfort pour un homme intègre tombé dans le piège du révisionisme » (op.cit.p.53).
                               Afin d’interpréter le titre énigmatique nous dirions que la Nuit s’étend tout au long des siècles derniers avant la Deuxième Apparition puisque après cette dernière les anges « condamneront les erreurs diaboliques de l’Antéchrist » (op.ci.p.244) et « Enoch et Elie seront mis à mort » (op.cit.p.245).
                        La mise en page de l’essai du même Livernette « Le complot contre Dieu » a été fait par la maison importante E.S.R. (éditions Saint Rémi), la même maison qui diffuse les écrits de l’irlandaise Deirdre Manifold.
                                                                
                                         écrit par Dionysos Andronis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.