Emission n°424 : “L’économie capitaliste contre les identités”

Emission n°423 : “Internet et militantisme”
23 mai 2021
Revue & Corrigés #39
31 mai 2021

Cette semaine, et au moment où nos amis de l’institut Iliade tiennent leur colloque annuel, MZ vous propose une émission avec Guillaume Travers, membre de l’équipe d’Eléments et auteur d’ouvrages sur l’économie publiés par la Nouvelle Librairie. A la barre le Lt Sturm, escorté par Wilsdorf, JLR et Alryck.

Les livres de Guilaume TRAVERS

Corporations et corporatisme

Pendant des siècles, les corporations ont encadré l’exercice des activités économiques, leur donnant du sens et les orientant vers le bien commun. Les idéaux révolutionnaires et le capitalisme moderne ont détruit ces structures communautaires laissant les travailleurs démunis, portés à ne plus voir la société que sous la forme d’une lutte des classes. Pourtant, l’idée corporative n’a jamais disparu. De nombreux penseurs du XIXe siècle l’ont ravivée, et quelques régimes du XXe siècle ont tenté de construire des « États corporatifs ». L’histoire de cette idée, de ses succès et de ses échecs, est ici retracée.

Guillaume Travers est professeur d’économie et journaliste pour la revue Éléments. Il est l’auteur d’Économie médiévale et société féodale (La Nouvelle Librairie), de Capitalisme moderne et société de marché (La Nouvelle Librairie) et coauteur de la Bibliothèque du jeune européen (Le Rocher, avec Alain de Benoist). Il est formateur de l’Institut Iliade.

Capitalisme moderne et société de marché

Le fait peut-être le plus saillant de notre époque est que tout s’achète et tout se vend. Les anciennes relations communautaires se sont dissoutes pour ne plus laisser place qu’au libre déploiement des intérêts individuels. Tous les biens qui nous entourent ne sont plus que des marchandises disponibles pour la consommation. Les hiérarchies de valeurs ne sont plus que des hiérarchies d’argent. Ce sont là quelques­-unes des manifestations de ce que l’on nomme « capitalisme », dont les origines et la dynamique sont ici décrites. Ce capitalisme moderne appelle des critiques fondamentales, qui sont également étudiées.

Guillaume Travers est professeur d’économie et journaliste pour la revue Éléments. Il est l’auteur d’Économie médiévale et société féodale (La Nouvelle Librairie), de Pourquoi tant d’inégalités ? (La Nouvelle Librairie) et coauteur de la Bibliothèque du jeune européen (Le Rocher, avec Alain de Benoist). Il est formateur de l’Institut Iliade.

La Bibliothèque du jeune européen

Fruit du travail d’une quarantaine d’auteurs, cette bibliothèque idéale est la meilleure porte d’entrée pour accéder au patrimoine intellectuel de notre continent. Tous les grands thèmes traversant les sols d’Europe depuis plusieurs millénaires y sont traités avec clarté et rigueur.

Économie médiévale et société féodale, un temps de renouveau pour l’Europe

Après la chute de l’Empire romain d’Occident, l’Europe se rétrécit, livrée aux invasions, à l’insécurité, au délitement de ses institutions. Le féodalisme, mélange d’attachement à la terre et de serments liant les hommes, fut la réponse du Moyen Âge à l’effondrement, et la source d’un renouveau éblouissant.

Pourquoi tant d’inégalités ?

Les inégalités sont partout, souvent criantes. Mais à trop se focaliser sur elles, on se condamne à ne rien comprendre du malaise contemporain et on s’interdit d’en corriger les effets pervers. De cette analyse brillante, mêlant histoire, philosophie et économie, ressort aussi la critique la plus décapante et la plus profonde des travaux de l’économiste Thomas Piketty.

1 Comment

  1. Roger Flamens dit :

    Excellent car allume de petites lumiéres au  lieu de dénonciations faciles, et aussi pour la transversalité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.